Accueil » Le mot du Ministre

Le mot du Ministre

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Paul BIYA a entrepris, depuis le 09 décembre 2011, une profonde réforme de l’architecture institutionnelle et normative du secteur des Marchés Publics, avec notamment la création d’un département ministériel spécialement chargé de l’organisation et du bon fonctionnement des Marchés Publics.

De nombreux actes présidentiels sont venus ainsi, à un rythme soutenu, matérialiser la volonté réformatrice du Chef de l’Etat, concrétisant de manière visible et tangible les articulations de l’action du Président de la République pour l’avènement d’un système de commande publique entièrement rénové et voué à la recherche de la performance grâce à la célérité des procédures, la qualité du choix des adjudicataires, et à travers le contrôle efficient de l’exécution des Marchés publics sur le terrain.

Ainsi, le 08 mars 2012, une série de trois Décrets présidentiels ont assis le cadre juridique et organisationnel régissant désormais les activités du secteur des Marchés Publics à savoir, les Décrets N°2012, 074, 075 et 078 portant respectivement création, organisation et fonctionnement des Commissions de Passation des Marchés Publics pour le premier, organisation du Ministère des Marchés Publics pour le second, et modifiant et complétant certaines dispositions du Décret organisant l’ARMP pour le troisième.

Ces textes de base ont ensuite été complétés le 05 août 2013 par le Décret N°2013/271 qui a modifié et complété certaines dispositions du Décret 2012/074 sur les Commissions de Passation des Marchés dans le sens d’un relèvement substantiel des seuils de compétence des différentes autorités contractantes.

D’autres textes, tout aussi importants ont permis de mettre en place l’ensemble des structures crées, et de désigner les responsables chargés de les animer.

A l’analyse du nouveau dispositif, il apparaît qu’au cœur du système, se trouve le Ministère des Marchés Publics, appelé à l’animer et à œuvrer pour que les objectifs visés soient pleinement atteints. Ceux-ci sont du reste clairement définis, réalistes et essentiels pour assurer à notre économie le niveau de croissance nécessaire à l’émergence du Cameroun projetée à l’horizon 2035. Il s’agit en général :

  • de réaffirmer et conforter l’ancrage à la recherche de l’efficacité, du nouveau système camerounais des Marchés Publics rendu plus visible et plus responsable par la réforme, et résolument adossé aux normes internationale en la matière qui consacrent la liberté d’accès à la commande publique, l’égalité de traitement des candidats et la transparence des procédures ;
  • d’accroitre l’efficacité et l’efficience du secteur en induisant des contrôles plus conséquents en vue d’une meilleure qualité des infrastructures et des acquisitions de l’Etat, grâce à une contribution optimale du maillon de la Passation des Marchés dans la chaine des responsabilités concourant à l’amélioration continue du taux de consommation du BIP, facteur déterminant pour une croissance économique soutenue, nécessaire au développement harmonieux et accéléré du Cameroun.-

Le Ministre Délégué à la Présidence de la République Chargé des Marchés Publics, ABBA SADOU.